AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Mar 2 Aoû - 21:33


M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée.
MISSION SGA-2
Citation :
NOM DE LA MISSION: ❝Minds Record❞
NOM DE LA PLANÈTE: Nom inconnu ♦ M1A-402
DESCRIPTION: De belles collines, devrait-on dire, des montagnes et de vastes plaines où s'établissent les villes. Voilà ce à quoi s'attend tout voyageur de la porte. Les habitants vivent de leur cultures et des échanges occasionnels. Leur technologie n'est ni plus ni moins que celle que nous avions au 15e siècles et ils n'acceptent les femmes que couvertes. Curieux ? Pas tant que cela quand on sait que leur religion ressemble à celle de l'islam sur Terre. Les habitants sont conviviaux et aiment les bonnes chopines.
OBJECTIF(S): Retrouver le lecteur de rêve et de pensées. Celui-ci permet comme son nom l'indique de lire les rêves et pensées d'autrui et de les enregistrer à tout jamais. L'objet se présente sous la forme d'un bracelet épais orné de pierres des montagnes de M1A-402. Les habitants ont fait appel à Atlantis après que ceux-ci leur ai proposé un échange de graines et autres produits de la nature. Il leur faut cet objet. Le possesseur pourrait être mal intentionné !
Spoiler:
 

۩ Voici la première mission de Be Vortex Aware, sachez que l'équipe dépêchée sur la planète M1A-402 est SGA-2. Seuls ses participants (Didiayer, Abby, Claire et le sergent Liam O'Connor) peuvent répondre à ce sujet. Le maître du jeu interviendra de temps à autres pour vous donner des pistes! Membres de SGA-2, bonnes trouvailles! La porte est maintenant ouverte!


Dernière édition par Dolceanne Veniccio le Mer 3 Aoû - 1:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Mar 2 Aoû - 22:53






Il y a toujours certains jours où l'on saute du lit comme au matin de noël. Des jours où l'on court presque pour arriver en premier. Des jours encore, où l'excitation est à son comble. Aujourd'hui était l'un de cela. Claire, appréhendant son futur proche avait fini par quitter son couchage, faisant les cents pas. Elle avait regardé l'heure et couru se préparer pour ne pas être en retard et enfin, la jeune femme avait atteint la salle d'embarquement, prête à partir, un grand sourire au lèvres. Les journées sur la cité n'avaient été ponctués que de recherches et de fades moments. Mais ce jour, Claire s'aventurait enfin en dehors des murs d'Atlantis. Ce jour encore, la mission était claire : retrouver le bracelet du sultan. Même si d'un coté, le but de cette sortie n'était pas ce que pouvait espérer la jeune femme, cela risquait fort de tourner à la chasse au trésor ou encore à l'enquête. Il y avait donc un aspect amusant.
Apercevant ces coéquipiers, le visage de Claire s'illumina. L'équipe dans laquelle on l'avait intégré ne lui était pas totalement inconnue. Leur chef d'équipe ne lui était certes pas familier mais les deux autres femmes qui l'accompagnait étaient quant à elles plus reconnaissables. L'une était sans aucun doute Didiayer McLaren, plus couramment surnommée Didi par ses patients et était de celles qui conjuguait un travail de médecin en plus de celui de militaire. L'autre jeune femme était quant à elle, Abby Maitland, la biologiste qui l'avait accompagnée dans certaines recherches alors qu'elle travaillait encore au SGC.
L'équipe était accompagnée de leur dirigeante qui n'omettait pas de leur préciser pour la énième fois le but de leur mission ainsi que la raison première de celle-ci. Un échange commercial devait avoir lieu entre les deux nations et bien sûr, l'aide qu'SGA-2 leur apporterait serait un rempart de moins qui les rendrait plus conciliants lors de dialogues futurs. La politique était là encore un outil bien trop complexe pour que la demoiselle Hudson n'y prête une oreille clairement intéressée. L'histoire de l'artéfact perdu était quant à elle beaucoup plus palpitante et Claire accrocha aux paroles de leur patronne. C'était tout ? Ils ne savaient rien de plus que ce qu'on le lui en avait dit lors du briefing ? Voilà qui était bien dommage ! La jeune femme n'était jamais contre un bon conte ou un bon fait historique.
Vint le temps de traverser la porte en direction de M1A-402. Le nom attribué à cette planète n'était bien sûr, pas très agréable à prononcer mais étant donné que les habitants la surnommée Terra, il était plus commode de la nommer M1A-402 que Terre. Cela étant déjà décerné à leur si précieux monde.
Un bref :
- Salut ! à ses coéquipières et quelques pas plus tard, la brune traversa l'anneau, sans problème. Bien vite, l'air pur de la nature envahit Claire et lui laissa un sentiment d'apaisement. Toutefois, la mission ne résidait pas là et les ordres habituels de leur chef l'a ramena sur le droit chemin. Devant eux ne se trouvait qu'un grand pré. Une plaine herbeuse, brillante et pure de tout désordre humain. Loin d'eux, deux hautes montagnes se dessinaient. Les cimes n'étaient pas visibles mais l'on imaginait très bien leur sommets pointus. Entre elles deux, la plaine se frayait un passage, un pente devait faire d'elle une gorge assez imposante.
Se retournant pour faire face à Didiayer, qui était présentement restée derrière elle au moment de la traversée, Claire put apercevoir un chemin de terre battue, menant droit sur la ville environnante. Le bruit était pourtant bien présent mais la jeune femme n'avait rien perçu et se croyait perdue au milieu de la nature. Quelle erreur !
Ils furent bientôt accueillis par un homme aux allures de clown. Des habits aux couleurs vives et un couvre-chef original, le rendait peu commun. Il était bien sûr tout le contraire et se présenta d'ailleurs comme l'un des intendants de leur Altesse. L'homme discuta un temps avec leur chef, lui fournissant notamment un papier qui ressemblait fort à une carte et repartit, ordonnant au même instant à l'un de ses "chauffeurs" qu'il le ramène au Sultanié Kalessi, littéralement, le château du Sultan.
Prenant tout cela en compte, Claire se demanda comment et, surtout où, démarrer leur recherche. Peut-être au château. Quoiqu'il en soit, l'avis et les ordres du chef devait avant tout être donné. Aussi la jeune femme se tourna vers lui tout en observant ses coéquipières, attendant leur réaction. Claire, elle, préférait rester silencieuse dans ces moments-là.


Dernière édition par Claire Hudson le Mer 10 Aoû - 19:07, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Mer 3 Aoû - 0:23

Peu de temps après sa demande d’affectation au sein d’une équipe, le verdict était tombé : Didiayer faisait maintenant partie de SGA-2 et y opérerait en tant que médecin-militaire, une aubaine pour la jeune femme qui ne se sentait pas le cœur à passer toutes ses journées cloîtrée entre les hauts murs de la Cité d’Atlantis. Et pourtant, avant d’être militaire, la jeune femme était médecin, il fut un temps où enchaîner les gardes ne lui faisait ni chaud, ni froid mais depuis qu’elle avait goûté à l’adrénaline que lui avait incontestablement prodigué toutes les missions auxquelles on l’avait convié jusque là, Didiayer ressentait le besoin d’être sur le terrain, au cœur de l’action. Curieusement, la jeune femme réagissait toujours très bien en situation d’urgence, tout lui venait spontanément sans qu’elle n’ait forcément besoin de réfléchir. Ses gestes étaient coordonnés comme une danse et le stress ne semblait pas lui faire rempart, c’était également pour cette raison qu’elle avait choisi de s’orienter dans le service des urgences en premier lieu, un métier bien ingrat pour certains sauf pour Didiayer qui semblait s’épanouir dans ce domaine et puis, lorsque son jumeau avait fait état de son désir d’intégrer l’armée, la jeune femme avait envisagé le rejoindre un jour. Elle s’était engagée à son tour, désireuse de retrouver David qui s’était enrôlé dans un projet classé secret défense et la voilà aujourd’hui sur Atlantis, peu de temps après que son frère y ait perdu la vie. Didiayer aurait pu choisir de renoncer mais, une partie d’elle ne le souhaitait pas et s’accrochait désespérément à ce qui avait été la dernière demeure de son jumeau et la dernière cause qu’il avait servi jusqu’à en mourir.

Se voir pourvue d’une place au sein d’une équipe avait marqué le début d’un nouveau chapitre, celui-là même que son frère avait commencé à écrire avant elle. Didiayer connaissait désormais l’identité de ses coéquipiers et, par chance, au moins l’un d’entre eux ne lui était pas étranger. Claire Hudson, une scientifique avec qui Didi partageait de nombreux points communs et en particulier la perte d’un être cher qui les avaient menés ici. Quant aux deux autres, la jeune femme ne les connaissait pas, visiblement ils avaient réussi à ne pas passer par la case « infirmerie », à la bonne heure ! La mission avait été programmée la veille, tout avait été soigneusement planifié et on leur avait donné un maximum de détail sur leur mission actuelle qui consistait à retrouver un objet et le restituer à l’un des partenaires commerciaux d’Atlantis qui en était le propriétaire. A défaut de les fournir en armes, on les fournissait en Hommes. « Donnant-donnant » comme on dit, néanmoins, Didiayer ne put s’empêcher de penser dans son fort intérieur qu’ils allaient être envoyés sur M1A-402 afin de leur mâcher le travail en y faisant leur sale besogne. Il s’agissait apparemment de récupérer un bracelet d’une valeur inestimable, si le Sultan y tenait tant que ça à ce bijou pourquoi n’envoyait-il pas l’une de ses propre escouade pour partir à sa recherche ? Enfin, tout ce qui comptait pour Didiayer, en plus de réussir cette première mission sans trop faire aller son besoin irrépressible d’exprimer le fond de sa pensée, c’était de leur prouver qu’elle était capable de se greffer à une équipe et qu’elle méritait sa place au sein de SGA-2.

Tirée de son lit aux aurores par la sonnerie stridente de son réveille-matin, Didiayer en profita pour relire une dernière fois le rapport de mission qu’elle avait reçu la veille puis, après un rituel d’hygiène quotidien, le médecin quitta ses quartiers pour les vestiaires enfilant la tenue réglementaire et obligatoire des missions. Elle revint sur ses pas, passa près de ses quartiers, fit un détour par le Mess pour y prendre de quoi grignoter et descendit tranquillement les escaliers menant à la salle d’embarquement où le Docteur Weir revint sur l’importance de cette mission sur l’alliance qu’ils avaient tissé avec ce peuple après quoi, elle gagna la salle de commandes. Didiayer s’intéressa donc à ses coéquipiers, écoutant les dernières recommandations du chef d’équipe qu’elle ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam. Heureusement qu’il y avait Claire. D’ailleurs, son regard se posa sur cette dernière juste au moment où elle salua l’équipe. « Salut ! » répondit-elle dans un sourire, s’adressant aux deux autres par la même occasion. Après en avoir eu le feu vert, Didiayer traversa le vortex à la suite des trois autres…

Elle se trouvait maintenant sur une planète aux allures de camp de vacances, étrangement, le décor lui rappelait son Australie natal même si le soleil y était largement moins présent que sur Terre. Didiayer jeta un regard semi-circulaire, s’attardant sur le regard de Claire qui semblait braqué sur elle, tout du moins, c’était ce qu’elle avait cru aux premiers abords avant de s’apercevoir qu’en réalité, la scientifique était davantage intéressée par ce qui se passer juste derrière elle. La jeune femme suivit donc le mouvement et se tourna à son tour, découvrant avec stupeur qu’un village se dressait juste derrière la porte qu’ils avaient traversé. Pas très judicieux. Ils étaient une proie facile pour les Wraiths à cette distance. 99% de chance de se faire happer au vol par un dart, c’est sur cette pensée que Didiayer se rapprocha du groupe, intriguée par ce personnage qui semblait tout droit sortie de la Commedia Del Arte, le maquillage en moins. Cela ne l’aida pas vraiment à revoir son point de vue sur la priorité de cette mission. Il confia au chef d’équipe la carte qui les accompagnerait durant leur périple à la Pekin Express et Didiayer sortit de sous sa veste sa boussole fétiche attachée autour de son cou, celle qui avait jadis appartenu à son frère. Une fois seuls, tous les regards se tournèrent sur le chef d’équipe, attendant patiemment ses directives sauf Didiayer pour qui la question ne resta pas très longtemps sous silence. « Que fait-on, Major ? »


Dernière édition par Didiayer F. McLaren le Mer 3 Aoû - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Mer 3 Aoû - 12:59

    Liam adorait cette fabuleuse histoire étant enfant, celle d'une citée qui fut enfuie sous l'océan. Sa mère lui contait souvent, sa favorite. Des années après il était là, habitant cette légendaire ville. Une évolution fulgurante. Des centaines de personnes voir des milliers souhaiteraient être à sa place, cependant, il aurait préféré que tout cela ne soit jamais arrivé. Un bon soldat et meilleur ami perdit la vie sur le champ d'honneur. Puis son amour, son épouse avait été assassiné par des Wraiths. Puis, avant de partir pour la galaxie de Pégase, le sergent rendit visite à ses parents. Il apprit alors que sa mère décéda d'un cancer. Puis son père sombra dans la mélancolie, ne s'arrêtant pas de boire, le delirium tremens l'emportât. Comme vous pouvez le voir, la vie de Liam ne fut que tristesse. Pourtant une nouvelle vie s'ouvra à lui.

    En effet le soldat accepta de continuer à vivre, malgré le trou béant présent dans son cœur. On avait besoin de lui. Les nouveaux atlantes étaient en guerre contre un ennemi terrifiant, des êtres quasi-invincibles. Suivant le programme porte des étoiles, des équipes d'explorations courageuses traversaient tout les jours le vortex d'un bleu éclatant en quête d'amitié entre peuples, commerce ou simplement recherche de technologie comme un E2PZ ou autre canalisateurs d'énergie. Tout cela dans l'espoir de vaincre leur ennemis, nos ennemis.

    Sa première mission fut assez calme. Traverser l'horizon des évènements était toujours particulier. Mais sa première fois était inoubliable. Il croisa une jeune fille chantonnant dans la forêt. En voyant le prédateur aux longues défenses foncer vers elle, son instinct de soldat resurgit. Sans hésiter il brandit son arme, visa en un quart de seconde, le coup parti. Le bête ressemblant à un sanglier gisait sans vie sur le sol. Il apprit qu'elle était une princesse, on lui offrit donc une magnifique épée, assez légère pour le combat et donc les missions. Sa deuxième traversée fut plus mouvementé. Un forêt très dense, un étrange pollen voyant en sur nombre dans les airs aussi bien que Liam dû s'aider d'un foulard sur son visage pour respirer. Une balle, son premier Wraith. Entre les deux yeux, ou plutôt au milieu du masque hideux. L 'impact eut environ la taille d'une clémentine. Observant autour d'eux, il leur fut difficile de trouver le sergent cent mètre plus loin. Il voulut tirer une nouvelle fois, mais son arme refusa, elle s'était enraillé. «A cause du pollen» songea Liam. Il retira son 9mm de son étui avant d'abattre sa seconde victime de trois balles dans la tête, ils étaient coriaces! Plus que deux. Une dizaine de balles dans le torse de son ennemi ne suffit pas à l'éliminer. Ça y est, le moment tant redouter, plus de munitions. D'un geste tout aussi élégant que gracieux, le sergent O'Connor décapita l'assaillant qui reprenait ses esprits. Sa tête monstrueuse roula sur le sol. Le deuxième le frappa. Le terrien fut projeté plusieurs mètres plus loin. Crachant du sang, il laissa échappé un juron. Son épée était proche, ainsi il se mit à ramper. Deux mètres, plus qu'un. Malheureusement pour lui, son ennemi ramassa la lame avant de l'écartée plus loin le long d'un arbre. Son sourire était terrifiant. Le Wraith arracha la tunique de l'humain. Juste avant de le vidé de sa force vitale, Liam réussi dans un ultime effort à décrocher ses deux couteaux attachés au bas de son dos. Un de chaque coté du crane, pouvait-il survivre à ça? Faut croire que non.

    Quand on lui proposa de devenir leader d'équipe, le sergent accepta sans hésiter. Combattre avec de bons soldats était toujours bénéfique. En s'habillant il espéra tomber sur une superbe équipe, enfin, sur le papier s'en était une, même si il était le seul soldat. Il avait tout prit? Aller, faisons l'inventaire! Son sniper habituel avec quatre magasins. Un 9mm avec toujours autant de munitions. Sa lame, offerte par un chef de tribu. Cinq couteaux, au cas où. Huit grenades dont quatre à fragmentations, et la même quantité de grenades flash. Voilà, il sortit de l'armurerie vérifiant une dernière fois son armement. Ah oui! Le C4, il ne fallait jamais partir sans! Je sais, c'est un peu exagéré, mais on lui avait déjà fait le coup. «C'est qu'une mission de reconnaissance, en deux heures tu es de retour, un chargeur de secours suffira» disait le colonel. Il était rester plusieurs semaines dans la neige en compagnie de talibans, avec «un chargeur de secours».

    Arrivant à la salle de contrôle en avance, il attendit les autres. Une première arriva, il avait étudier leur dossier. Elles étaient toutes brillantes, maintenant c'était à lui de veiller sur elles, enfin, si elles avaient besoin d'aide. Après quelques minutes, SGA-2 fût au grand complet. Bien sur les présentations étaient de mise. Liam ne parlait pas souvent, mais en tant que leader, il devait faire son devoir.

    -Bonjour, je suis le Sergent Liam O'Connor, On vous a déjà tout expliquer en ce qui concerne la mission. Pour ceux qui auraient rater le débriefing, on a fait appel à nous pour retrouver un bijou perdu qui pourrait lire les pensées, autant vous dire que ce dispositif serait dangereux entre de mauvaises mains. Notre destination: M1A-402. Bienvenue dans SGA-2.

    Après ce bref discourt, le sergent traversa la porte, sans peur. Une fois de l'autre coté du vortex, Liam sécurisa la zone en attendant ses coéquipières. Il y avait des collines, des champs, puis à l'horizon des montagnes. Le soleil était supportable, la végétation omniprésente. A la surprise générale, un village se plaçait derrière la porte, pas très défensif comme emplacement. En bon guerrier, il observa une nouvelle fois les environs.

    Plus loin un homme approcha. Son déguisement laissa Liam septique en ce qui est de leur évolution, l'équivalent du XVe siècle d'après le rapport, ils allaient très vite voir cela. Il se présenta, le sergent fit de même en citant les noms des membres de son unité. L'autre les regarda et demanda au sergent qu'elles se couvrent. Cette demande lui rappela l'Afghanistan.

    -Ce choix leur appartient, assura le leader.

    L'intendant du sultan repartit alors avec ses serviteurs. Le soldat montra la carte aux atlantes.

    -Que fait-on, Major? Demanda Didiayer.

    -Sergent, la corrigea Liam, je ne suis pas encore à ce grade, sourit chaleureusement l'officier. On commencera par le château, décida t-il.

    Ils observèrent la carte, c'était pas à coté, une demi heure voir trois quarts d'heures de marche vers le nord. Ils firent tout de même des poses, marcher à travers ces collines était épuisant. Enfin, ils arrivèrent à destination. Le palais ressemblait étrangement à ces forteresses orientales sur Terre. Tous les regardèrent avec peur et curiosité. Toutes les femmes étaient voilé, rappelant encore une fois au gradé ses missions au cœur de l'Afghanistan. Après un léger accrochage auprès des gardes, ils obtenirent enfin une audience auprès du Sultan. Tous furent étonnés de voir des femmes ainsi vêtu, mais qu'importe? Le roi était richement vêtu et siégeait un magnifique trône d'or. Le sergent se présenta une nouvelle fois avec respect sans pour autant l'acclamé et le complimenté comme le veut l'étiquette.

    -Sortez tous! Je souhaiterais m'entretenir avec nos amis.

    Il attendit que tous soient en dehors de la salle pour parler.

    -Je vous remercie d'être venu nous aider à retrouver cet objet de grande valeur à mon coeur.

    -Nos amis nous sont chers, il est normal que nous vous attribuons notre aide, assura le sergent cachant la réelle fonction de l'artéfact.

    -Suivez moi je vais vous montrez où il a été volé.

    Ils quittèrent la salle et suivirent le monarque. Les couloirs était décorés par de somptueux tapisseries tisées au fil d'or. Enfin, arrivés dans une salle, il leur montra le coffre.

    -Qui a accès à cette pièce? Demanda le sergent.

    -Seulement moi et les intendants. Cependant les gardes ont étaient endormis, sans doute une sorte de poison dans leur gourde.

    Et bien, ils étaient avancés! Ça pouvait être n'importe qui. Il espéra simplement que cet objet laissait une quelconque signature énergétique. Dès que le Sultan eut le dos tourné, il demanda ceci à ses coéquipières.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Lun 8 Aoû - 22:33

La vie est faites de changement plus ou moins attendu, on en sent certains et d'autre arrive comme ca, sans qu'on puisse les voir arriver. Des tournants dans ma vie j'en avait connu, j'en avais même prédis certains mais je m'attendais pas a un changement si radical.

Flashback

« J'étais tranquillement assise dans un coin de la cité les écouteurs dans les oreilles, le regard perdu sur le sol a moitié absorbé dans mes pensées plus ou moins sombres. Ces derniers jours avaient été un peu marquant pour moi, en effet j'avais pu rencontrer ce que je ne pensais jamais revoir, parler a une personne qui me manquait et que j'avais perdu, et discuter avec l'inconnu a la fois plein d'espoir et déprimé par une chose inconnue. Je n'aimais guère les guerre de sentiments dans mon cœur et ma tête pensant que cela donnait une mauvaise concentration et torturer mon esprit. Je pensais également a mes parents, l'anniversaire de leur mort était proche et je n'avais pas réellement envie d'arriver a la date fatidique. Mon élan de réflexion fut coupé quand mon regard se porta sur des rangers qui arrivèrent juste devant moi tandis que mon regard se leva pour apercevoir le Major Aislyn Taylor qui se trouvait juste devant moi. Rapidement j'ôtai les écouteurs de mes oreilles pour me relever et saluer la militaire même si je n'étais point en service. La jeune femme me demanda si tout aller bien avant de me dire sur un ton grognon qu'elle me cherchait depuis plus de deux heures et que j'avais un rendez vous dans la salle de briefing dans moins de dix minutes. Ce fut donc une course contre la montre pour arriver au dit lieu a l'heure donnée. Lors de mon entrée mon regard s'arrêta rapidement sur le groupe de personne présente dans la salle. SGA2 au grand complet ou presque. Il manquait un membre et je ne savais pas réellement de qui il pouvait s'agir. Le sergent me fit signe rapide de m'assoir et je décida donc me prendre place auprès de Claire a qui j'adressai un léger sourire avant d'écrouter attentivement le briefing de la mission. Assez surprise, on m'indiqua que mon affectation avait changé suite a un contretemps au sein même de SGA2 et que j'allais donc les rejoindre pour cette mission. Ce n'était pas une mauvaise nouvelle ne soit, vu que j'étais relativement bien entourer. »

Fin du Flashback

Moi voici donc a l'aube de la mission qu'on nous avait confier quelques heures auparavant et j'étais tranquillement en train de me préparer dans les vestiaires avant l'arrivée de mes coéquipiers. J'avais un rituel depuis que j'étais entré au SGC. J'arrivais quelques heures avant mon équipe pour me préparer tranquillement, puis dans le calme je me dirigeais dans un endroit sombre pour écouter un peu de musique douce pour me vider l'esprit. Rituel un peu classique mais très efficace pour réduire le stress et pour emmener une concentration pour tout le reste de la mission. Quelques minutes passèrent ou mes oreilles carburées aux sons de « Two steps from hell » un très bon groupe qui composer de magnifique chansons très souvent utilisées dans les films médiévaux et qui n'avait point d'égal. Encore quelques minutes passèrent avant que ma montre retentissent pour me prévenir qu'il était tant d'aller en salle d'embarquement pour retrouver le reste de mon équipe. Je me relevai tranquillement tout en souvent pour expulser un peu d'air de mes poumons et pris mon P90 en main pour me diriger sereinement en direction de la salle de la porte des étoiles.

Quelques minutes me suffirent pour arriver a la salle d'embarquement et ma surprise fut assez grande quand je constatai que j'étais la dernière a arriver. Mauvais timing ou équipe extrêmement rigoureuse sur l'avance pour le départ ? Bref passons, la n'était point la question. J'assistais donc au discours assez bref de notre chef, le sergent O'Connor que j'avais rencontré un peu tôt dans la semaine après une discussion non militaire en dégustant un mauvais repas au mess. La pensée me fit sourire et je fut la dernière a traverser la porte des étoiles. Une nouvelle aventure s'offrait donc a nous et j'étais prête a mettre ma main a couper que le lot de surprise allait être de taille cette fois ci.

Une fois arrivée sur la planète, le Vortex se ferma derrière moi et il me fallut que quelques secondes pour me retourner et constater la présence d'un village situer a l'arrière de la porte. L'architecture de ce dernier n'annonçait rien de réellement bon au niveau technologique et je venais a me demander pourquoi nous étions réellement la. Suivant le reste de mon équipe tout en restant sur mes gardes, mon regard se porta sur l'homme qui venait de faire son irruption pour nous accueillir. L'homme demanda au Sergent que les femmes du groupe se couvre un peu plus, et le sergent décocha un beau « Ce choix leur appartient » qui m'arracha un petit sourire. L'homme s'empressa de repartir d'où il venait. Le sergent nous confia donc les première instruction de la mission qui allait être une longue marche a travers ce petit paysage pas forcement accueillant. La longue marche commença et le groupe fit quelques pause de temps a autres pour permettre a Claire et a Didiayer de reprendre leurs souffles tranquillement. Aprés presque une heure de marche nous arrivâmes a ce qui semblait être un ancien château proche de l'architecture du moyen orient et les conflits commencèrent assez rapidement a cause des trois femmes de notre équipe. Certes je savais que les femmes n'étaient pas si bien vu, mais subir cette discrimination a cause de notre façon d'être vêtue n'était pas réellement pour m'enchanter. Une rapide présentation avec le maitre des lieux fortement idolâtré par ses serviteurs ( pour ne pas dire esclaves ) me situa a peu prés le contexte dans lequel toutes ces pauvres femmes vivaient chaque jours. L'inspection du lieu du vol commença avec le dit Sultan qui ne nous apporta aucune information réellement utile pour notre enquête. Lorsque se dernier s'éloigna, le sergent se dirigea vers nous pour nous demander de commencer les recherches. Je m'approcha donc du sergent petit sourire aux lèvres avant de parler assez doucement pour ne pas trop me faire entendre.

-Un peu faible comme indice, et vu comment il traite son peuple, en particulier les femmes, n'importe qui aurait pu voler cet artéfact Sergent.

Dis je tout en regardant attentivement tout ce qui se trouvait autour de moi pour essayer de trouver la moindre trace suspecte que personne n'aurait vu pour le moment. Je n'avais pas envie de m'éterniser ici dans ce monde ou les femmes était traité comme de vulgaire sujet. Plus vite nous aurions trouver l'artéfact et plus vite nous pourrions partir en direction d'Atlantis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Mar 9 Aoû - 11:01





Ils étaient à proprement parlé, un groupe assez bien constitué et aucun membre de l'équipe ne semblait mal s'entendre. Ce n'était certes pas le principal soucis actuel mais cela réchauffa un peu Claire qui avait toujours eu du mal à rester enthousiaste devant des militaires. Manque de chance peut-être, ces collègues l'étaient tous. Cette même chance avait voulu que l'une d'elle se rajoute au dernier moment sur la mission et évidemment, la jeune femme avait grimacé. Toutefois, bien vite, se rendant compte qu'elle connaissait assez bien toutes les femmes de l'équipe, sa raison décida de la faire paraître sympathique. Oh bien sûr, il n'a jamais été dit qu'elle ne l'était pas mais, certains jours, le pied gauche se posait en premier au sol le matin ! Mais, pas aujourd'hui !
Quand Didiayer demanda ce qu'elles devaient faire, Claire s'accrocha aux lèvres du sergent O'Connor, leur chef d'équipe. Devinant qu'ils passeraient par le château, la brune sourit comme une enfant au matin de noël. Elle aimait en apprendre plus sur les cultures et peuplades qu'ils rencontraient au cours de leur mission. C'était comme un passe-temps, peut-être presque une passion. Tout les peuples que la jeune femme avait pu croiser se souvenaient sans doute des questions plus qu'indiscrètes qu'elle posait souvent. Mais au fond, ce savoir était utile à l'équipe. Certains jours même, celles-ci leur sauvaient la vie. La sensibilité et la bienveillance de Claire à l'égard de ces inconnus la faisait paraître quelques fois comme une philanthrope mais elle n'en avait cure. Seule l'aide et les connaissances lui importait. A dire cela, on pourrait penser qu'elle se fait égoïste mais cela à plus à voir avec un besoin vital. Allez savoir lequel …
Après un temps de marche assez long et quelques poses pour récupérer tandis qu'ils traversaient les collines, l'équipe parvint à la forteresse. Ce palais valait bel et bien un coup d'œil. C'est ce que se dit Claire. Regardant autour d'elle, la jeune femme remarqua les regards d'abord puis, les gestes. De haine ? De peur ? Il fallut un moment pour que la brune comprenne que le problème venait d'elles, les femmes de l'équipe. Les femmes tout court … Claire faillit se traiter d'idiote et se promit de faire part de ses pensées au sergent lorsqu'ils seraient un peu seuls, entre terriens. Bien sûr que la jeune femme avait prévu cette réaction d'après ce qu'on lui avait dit de ce peuple mais, toute à sa contemplation du paysage, la brune n'avait pas fait part de son avis. Une erreur presque diplomatique …
Quelques couloirs et corridors après l'entrée du palais, SGA-2 parvint devant de grandes portes. Les gardes présents posèrent quelques instants un ennui à l'équipe puis se décidèrent à les laisser passer sitôt que le sergent leur eut parlé. Présentés au vaillant et brave … idiot dans son grand fauteuil, le sergent commença un bras de fer des flatteries auprès du Sultan qui semblait presque plus préoccupé par son bracelet que par l'apparente défiance des femmes terriennes. Évidemment, cela ne l'empêcha pas de les regarder d'un mauvais oeil. Bientôt, le sultan mena l'équipe sur les lieux du crime. Si l'on pouvait appeler cela un crime. Le coffre qu'on leur présenta était suffisamment grand pour contenir le bracelet et tout de suite, Claire comprit que les pierres incrustées dans celui-ci paraissaient semblables à celles du bracelet. Tout cela d'après le dessin qu'on leur avait donné de l'objet. Il était étonnant que ce bracelet fut volé alors même que le coffre semblait tout aussi précieux. L'argent ne devait pas être un mobile suffisamment solide. Peut-être une rancune ou un vol à buts personnels. Il faudrait qu'elle fasse part de son idée au sergent.
Rapidement, le sultan les laissa sur place retournant certainement à sa cour. Claire en profita pour retirer son sac de sur ses épaules et se saisir du spectromètre. Fronçant les sourcils, elle releva le visage vers le sergent qui semblait vouloir lui demander de sortir son matériel de détection. La brune avait eu l'esprit plus vif sur ce coup. Écoutant les paroles presque chuchotées d'Abby Maitland qui se trouvait non loin d'elle, Claire ne put que répondre sur le même ton :
- Je crois qu'il y a peut-être quelque chose. La pièce ne devrait émettre aucune onde magnétique ou énergétique et pourtant, un pique d'énergie semble tout droit provenir du coffre. Il semblerait sergent que l'on ne nous ait pas tout dit. Un petit rapport à l'équipe et Claire amena son regard jusqu'au coffre duquel elle s'approcha ou tout du moins, tenta de s'approcher avant qu'un garde ne l'intercepte, se plaçant devant elle à distance tout de même, comme ayant peur qu'elle ne le contamine avec une maladie imaginaire. Son regard se faisait dur et la jeune femme, quelque peu irrité se tourna vers le sergent avant de siffler entre ses dents :
- Je crains que si nous voulons pouvoir obtenir une quelconque aide de la part des habitants il ne faille adhérer à leur coutumes. Au moins pourrions-nous nous couvrir, évitons tout litige vous ne croyez pas ? La jeune femme ne comptait pas attendre des autres une réaction plus que positive et sortit tout de fois plusieurs châles qui feraient office de voile. Si l'une des jeunes femmes voulait s'en saisir, elle pourrait le faire de suite. Les gardant en main, Claire continua son inspection visuelle avant d'apercevoir un petit objet, dans un recoin de la pièce. Didiayer semblait l'avoir vu également et toutes deux s'avancèrent. L'objet, pas plus gros d'une pièce de monnaie était, tout comme le coffre du bracelet orné d'une pierre reconnaissable. Le fabricant était sans doute le même. Indiquant aux deux autres leur trouvaille, la brune reprit le spectromètre en main et sourit devant le résultat qu'il indiquait. L'objet avait lui aussi une signature énergétique, bien plus puissante toutefois que le coffre. Il était donc fort probable que ce ne fut pas le coffre en lui-même qui est une signature mais plutôt l'artéfact contenu dans celui-ci. La bracelet n'était donc pas si simple que le sultan avait bien voulu le faire croire. Peut-être était-ce là la raison de son empressement à retrouver cet objet si unique à ses yeux. Craignant qu'ils ne fussent interrompus dans leur découverte, Claire proposa :
- Et si nous retournions en ville ? Peut-être que quelqu'un pourrait nous en dire plus ? Elle ne préféra pas dire tout haut que cela revenait plutôt à échapper à l'emprise des gardes mais la jeune femme espérait que ces coéquipiers l'eussent comprise.


Dernière édition par Claire Hudson le Mer 10 Aoû - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Mar 9 Aoû - 15:12

*-O’Connor, Liam, Sergent, je suis un soldat de l’armée Américaine, dit-il le souffle court.

On le frappa encore une fois dans les reins.

-Je répète, qu’es tu venu faire en Afghanistan? Cria le taliban.

-O’Connor, Liam, Sergent, je suis un soldat de l’armée Américaine! Continua-t-il la tête froide.

-C’est pas en donnant ton grade et ton nom que tu sortiras d’ici. Je répète une dernière fois, que viens-tu faire en Afghanistan?

-O’Connor, Liam, Serg..

Il ne pu finir sa phrase, son ennemi avait activé le courant. La véritable torture commençait. Le soldat retint ses cris, il ne voulait pas lui donner cette satisfaction. L’électricité c’était quelque chose! Enfin l’autre arrêta, et recommença l’interrogatoire.

-Qu’es tu venu faire en Afghanistan?! Hurla l’homme.

Liam souria.

-O’Connor, Liam, Sergent, je suis un soldat de l’armée Américaine.*

Le soldat chassa cette pensée de ses esprits. C’était la même culture, ou presque. Je peux vous dire que son doigt restera sur la gâchette durant toute cette maudite mission. Abby ou plutôt devrais dire le soldat Maitland vint parler au sergent.

-Un peu faible comme indice, et vu comment il traite son peuple, en particulier les femmes, n'importe qui aurait pu voler cet artéfact Sergent.

-Tout à fait, ça peut être n’importe qui.

Elle n’avait pas envi de rester longtemps, ça se voyait, tout comme lui. Seules les deux autres femmes semblaient s’intéressaient à l’aspect humain. Pour être resté des mois voir des années en Orient, il connaissait déjà tout sur eux, était-il si proches à des millions d’années lumières? Puis Claire Hudson vint s’entretenir avec lui après sa question.

- Je crois qu'il y a peut-être quelque chose. La pièce ne devrait émettre aucune onde magnétique ou énergétique et pourtant, un pique d'énergie semble tout droit provenir du coffre. Il semblerait sergent que l'on ne nous ait pas tout dit.

Elle voulut s’approché du coffre, cependant un garde l’intercepta ave sa lance. Aussitôt, à une vitesse incroyable, Liam activa son verrou faisant tomber la douille à terre. La sécurité n’était pas activée. Ainsi il visa le garde en à peine deux secondes. Il ne connaissait sans doute pas les snipers, mais vu le calibre de la douille, il ne fallait mieux pas le savoir. Alors il s’écarta en ronchonnant.

- Je crains que si nous voulons pouvoir obtenir une quelconque aide de la part des habitants il ne faille adhérer à leur coutumes. Au moins pourrions-nous nous couvrir, évitons tout litige vous ne croyez pas ? Reprit-elle en sortant de son sac des châles.

Liam n’aimait pas cette idée, mais elles avaient le choix. Quelque chose attira leur attention, un petit objet, qui devait constituer le bracelet. Le soldat regarda autour de lui, un jeune homme les épiés.

- Et si nous retournions en ville ? Peut-être que quelqu'un pourrait nous en dire plus ? Proposa Claire.

Liam accepta volontié comprenant qu’elle voulait quitter le palais et surtout les gardes. Ils sortirent alors, sous le regard des gardes. Le sergent lui tenait son arme fermement, prêt à tirer.

La place principale était assez bondée, cependant Liam remarqua encore une fois le jeune homme. Demandant aux femmes de le suivre, il commença à le chassé si on peut dire. Ils le coincèrent dans une ruelle en « T » . Il pouvait aller à droite ou à gauche au bout de ce « T » . Il choisit la droite, le sniper le prit de vitesse, tirant à quelques centimètres de sa tête. Il esseya de l’autre coté, le soldat reproduit le tir, heureusement qu’il avait penser à prendre un silencieux! S’approchant en visant, l’adolescent ne s’enfuit pas. C’était brutal, mais nécessaire.

-Excuse-moi pour ça, tu ne te serais pas arrêté sinon. Alors dis-moi, pourquoi nous surveilles-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Mar 9 Aoû - 16:24

Le sergent avait l'air bien tendu depuis l'arrivé dans le château, un peu comme si il avait déjà vécu un scénario similaire dans sa vie. Quoiqu'il en soit l'investigation continua juste après que jeu fait ma remarque au niveau des faibles indices laissés par les voleurs. Claire s'approcha d'un coffre dans la pièce et subitement un garde se mis en travers de son chemin pour l'empêcher d'aller plus loin. Ni une ni deux, mon doigt fis glisser la sécurité du P90 et mes yeux se portèrent sur l'homme pour garder attentivement ce dernier en ligne de mire s'il venait a s'en prendre a la jeune scientifique. J'essayais de rester diplomate tout en alliant la sécurité de mon équipe, mais le sergent n'était pas dans le même soucis de la diplomatie et pointa directement son sniper en direction du garde qui pris peur. J'avais moi aussi un peu peur que la situation ne se dégrade vu les agissements du sergent, mais le garde préféra se replier pour éviter toute mort atroce et douloureuse. Claire se rapprocha de nous pour nous faire part du respect des coutumes de nos alliés, et se vêtit de différent châles pour se couvrir le visage et faire bon impression. Je n'étais point d'accord tout comme Liam, mais a la différence ou je ne voulais pas risquer la vie de Claire et de Didi pour une simple divergence sur les coutumes. J'ouvris donc rapidement mon sac pour en sortir une casquette ainsi qu'une écharpe. Je pris également mon couteau qui était accrocher le long de ma jambe pour le passer derrière mes cheveux et en couper une grosse partie. Ce geste aller surement en étonner certains mais cela ne me gênais absolument pas dans la mesure ou les cheveux repoussé jusqu'à preuve du contraire. Un peu de fraicheur au niveau de ma nuque qui fut vite de nouveau bruler par l'écharpe qui s'enroula autour de mon cou pour cacher se dernier ainsi qu'une partie du bas de mon visage. La casquette fut le dernier élément qui cache mes cheveux tout fraichement coupés. Le reste de l'équipe décida donc d'aller en ville dans le but d'en apprendre un peu plus sur l'objet volé, sur sa signature ainsi que parler tranquillement sans aucune surveillance. Quelques minutes furent nécessaire pour sortir du palais vu la méfiance des gardes et de l'événement précédant qui avait surement dut être rapporté au Sultan ou a sa garde personnelle. Le lieutenant colonel Carter allait surement pas être très ravie de ce qui s'était produit dans cette salle. Une fois arrivé dehors, a l'air pur, avec le reste de mon équipe, nos yeux se portâmes sur une place centrale bondée de monde ou les déplacements n'étaient pas réellement chose facile. Je n'avais pas réellement fais attention mais le Sergent, lui, avait pu remarquer un jeune homme qui nous suivais depuis déjà un petit moment. Il nous ordonna de tout faire pour le rabattre dans un coin isoler sans pour autant lui faire peur, ce qui ne fut pas très difficile quand le jeune homme se rendit malencontreusement dans une ruelle en forme de « T ». Le Sergent équipa rapidement son arme de son silencieux en tirant a deux reprises pour empêcher le gamin de fuir. Cette scène malgré tout me choqua un peu car certes nous étions en mission, mais un adolescent n'était pas forcement la pire menace possible et inimaginable, il devait juste avoir la trouille de se faire descendre a l'heure actuelle. Je n'étais pas du genre a faire du mal aux enfants, et j'avais encore plus de mal a accepter la réaction du Sergent.

-Sergent, s'il vous plait. Dis je avec un voix un peu triste. Calmez vous, ce n'es qu'un gamin, vous êtes en train de lui faire peur. Rajoutai-je tout en pivotant la tête vers le sergent en espérant lui faire tranquillement baisser son arme pour mettre l'enfant en situation de sécurité.

J'avançais ma main en direction de l'adolescent pour lui faire comprendre que nous n'étions pas hostile comme venait de lui dire le Sergent. Nous ne voulions que des informations.

-Écoute petit, nous ne te voulons aucun mal. Dis je avec un petit sourire et avec une voix douce pour le mettre en confiance. Nous voulons juste savoir pourquoi tu nous suivez et surtout nous voulons des informations sur l'objet qui a était volé au Palais du Sultan.

J'étais a trois mètres du jeune homme, toujours la main tendu vers l'avant légèrement a coté de la ligne de tir du Sergent O'Connor au cas ou mon intuition me tromperait et que l'enfant n'était pas si innocent que cela. Je ne savais pas trop quoi penser de la situation et le Sergent avait une drôle d'attitude a mon goût, peut être étais ce dut a une de ses missions précédentes ou une situation du genre avait tourné au vinaigre. Je ne savais pas non plus ce qui pouvait bien se passer dans la tete des autres membres du groupe et j'espérais qu'ils allaient réagir a la situation. Le jeune adolescent essaya de prendre la parole et n'avait aucunement l'intention de fuir. Il avait juste peur quand il nous avait vu commencer a l'encercler. Les révélations étaient elles au goût du jour ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Jeu 11 Aoû - 14:25





Ce n'était pas tant le fait qu'ils furent sur une autre planète qui poussa Claire à se méfier mais plutôt l'attitude des habitants. Aussi le châle lui paraissait comme une protection, peut-être plus grande qu'un gilet par balle. Elle n'avait pas été la seule à se couvrir. Didiayer l'avait suivi volontiers, empruntant l'un des châles de la brune et Abby avait sorti de son sac de quoi tenir un hiver froid. Elles étaient parées et maintenant que le sergent, d'accord avec sa demande pour partir du palais, les emmenait en ville, les regards se faisaient moins insistants. La ville semblait pleine de vie et les habitants arpentaient les rues à des vitesses folles. Un marché devait se situer non loin car beaucoup revenaient avec des sacs remplis de provisions, celles-ci étant portées par les bêtes. Elles étaient d'ailleurs plutôt nombreuses et le bruit des animaux domestiques cachaient très bien tout le brouhaha des hommes et femmes. Bientôt, et même si les regards se perdaient à travers elle comme si elle n'était rien de plus qu'un pan de mur, Claire cru ressentir un regard peser sur l'équipe ou peut-être cru percevoir un geste. Tout comme le sergent, la jeune femme venait de remarquer celui qui semblait les suivre, au sens littéral. Le monde qui affluait sur la place non loin ne paraissait pas l'aider dans sa filature, aussi le sergent nous ordonna-t-il, à sa façon, de le rabattre pour le questionner. Claire était bien sûr somptueusement contre ! Et l'incident diplomatique alors ? Si l'un des hommes du sultan les surprenait à maltraiter ou agresser un de leurs sujets … le colonel Carter saurait leur faire comprendre leur erreur !
Bientôt, s'éloignant vers les ruelles et autres cul de sac, l'équipe parvint à bloquer le jeune homme. Comprenant sa situation, il essaya de s'esquiver mais, c'était sans compter sur le sergent O'Connor qui fit preuve de sa puissance de feu. Catastrophée, Claire se précipita derrière le chef d'équipe qui s'adressait à l'apprenti espion. Posant sa main sur l'avant-bras du militaire, la jeune femme lui fit comprendre de rester calme voir de laisser les femmes discuter avec le jeune. Elles étaient sans doute les mieux placés, peut-être l'instinct maternelle comme on disait. Quoique Claire ne se repérait pas parmi ce groupe de femme. Évidemment, il était aussi préférable que la situation ne dégénère pas. De plus son coté altruiste la poussait à se montrer compréhensive et aimable envers le petit. Claire se ferait ce coup, défenseur des droits de l'homme et des plus faibles. Abby Maitland ne semblait d'ailleurs pas non plus apprécier l'attitude du sergent, toutefois, il ne fallait pas le prendre trop à parti, après tout, sa formation jouait certainement sur son humanisme. Les choses vécues sur Terre, aussi terribles soient-elles avait du modifier sa façon de voir le monde et même si le sergent paraissait assez détendu au début de leur mission, les réminiscences de son passé devaient amener des moments de doutes et de jets de violence tels que celui précédent ce moment. La jeune biologiste parla ensuite au jeune qui semblait apeuré. Une chose cependant poussa Claire à se demander si cette peur ne résidait pas plus dans ce qui pouvait survenir de l'autre bout de la ruelle plutôt que dans l'arme pointée dans sa direction. Son regard semblait prouver cette hypothèse. Abby continuait à rassurer l'enfant et à lui demander paisiblement ce qu'il savait. Il est vrai que des informations supplémentaires ne leur feraient aucun mal et les amèneraient sans doute sur une piste plus grande et limpide que celle sur laquelle ils ramaient à l'instant. La militaire semblait vouloir détendre l'atmosphère et sa main tendue vers l'avant voulait sans doute tenter d'apaiser l'enfant. Bien sûr, sa formation militaire la poussait à rester méfiance aussi garda-t-elle une distance assez grande entre elle et le suiveur.
Détournant un instant son attention de leur futur informateur, Claire chercha Didiayer des yeux. Armée de son P-90, elle semblait surveiller l'entrée de la ruelle. Certainement avait-elle vu la même chose que la scientifique dans les yeux du jeune homme. Elle lui sourit un instant, la remerciant du même coup de cette protection supplémentaire et reporta son attention sur leur victime. Une chose perturbait la brune. Le jaugeant de la tête aux pieds, elle remarqua ses habits plutôt luxueux et dut s'y reprendre à deux fois avant de remarquer ses souliers. Étrange devrait-on dire. Ceux-ci juraient grandement avec le reste de ses vêtements … sales et troués. La jeune femme se dit que, décidément, cette mission regorgeait d'un peu plus de mystère à chaque minute passée. De plus, l'aspect négligé de son visage laissait penser qu'il ne vivait pas dans le luxe. Enfin, ce n'était qu'un moindre problème, bien qu'étrange … Fixant de nouveau le visage de l'enfant, Claire aperçut son regard, il semblait décidé à quelque chose. S'accrochant à chacun de ses gestes, elle vit son mouvement de bouche mais rien. Aucun son ne sortait. Un souffle toutefois, faible, rauque, inadapté pour une si jeune personne. Qu'avait-il ? Guettant un mouvement de Didiayer, la jeune femme la vit, toujours entrain de surveiller le coin. Aussi Claire s'avança d'elle-même vers l'enfant, les mains en avant en signe de respect et de paix. Une fois assez proche de lui, elle baissa la tête et lui demanda doucement :
- Je peux regarder ? Elle tendait la main vers son visage et attendait, le regard baisser. Les coutumes de ce monde la forçait à cette petite marque de soumission et elle l'acceptait d'autant plus facilement qu'en face d'elle ne se tenait qu'un enfant. Claire tourna un instant la tête vers l'équipe et remarqua que l'arme du sergent pointait maintenant plus vers le sol que dans leur direction. Certainement parce que la scientifique se trouvait pile dans la ligne de mire. Bien sûr, cela était calculé. Prenant une inspiration plutôt longue, la jeune femme releva les yeux et vit le jeune hocher doucement la tête. Elle prit donc sur elle de toucher doucement le menton de l'enfant et d'ouvrir la bouche, lui signifiant de faire de même. Une fois fait, la brune grimaça devant ce qu'elle voyait. Tranchée nette, la langue du petit n'était plus qu'un bout de chair et une tuméfaction se trouvait surement là. Claire était choquée, écœurée. Comment pouvait-on faire cela à un gosse. Un simple gosse. Elle comprenait maintenant mieux son silence et plus encore le pourquoi de cette filature. Il n'était qu'un serviteur, employé par une plus haute personne pour glaner des informations sur eux, les terriens. C'était abjecte ! Sa langue avait du être tranché pour l'empêcher de parler justement dans le cas où il se ferait prendre. Ceci expliquait aussi ses vêtements plus que dépareillés. On avait voulu le camoufler, oubliant dans la brusquerie de l'instant, ses chausses qu'il lui restait. Le regard presque rempli de larmes et de pitié pour ce malheureux enfant, Claire regarda un instant Didiayer lui intimant doucement de venir voir ce qu'il en était de sa langue. Approchant, elle lui confirma bientôt ce qu'elle pensait : cet acte révoltant était récent. Tout au plus datait-il de quelques heures. La culpabilité envahie la jeune femme. C'était certain, il avait été mutilé à cause d'eux, à cause de cette maudite quête ! Qu'avait-il de si important ce bracelet ?
Comme pour se rassurer, elle sourit à l'enfant. Une idée la traversa vite et sans plus se préoccuper de ses collègues, sortie de son sac, un petit bloc de papier et un stylo bille des plus communs. Présentant le tout au garçon, elle lui fit un sourire engageant pour qu'il s'en saisisse. Quelque peu méfiant, il le fit cependant et la regarda, sans comprendre. S'apercevant qu'il ne connaissait pas cette matière papier, elle lui prit tranquillement le stylo des mains et écrivit un mot simple. Son prénom.
Claire
La jeune femme se pointa ensuite du doigt et pointa ensuite le garçon lui-même. Elle lui tendit le stylo et l'incita à écrire. L'apprenti espion, lui, regardait le stylo comme la huitième merveille du monde. La scientifique faillit se taper la tête contre le mur. Mais bien sûr ! Il ne pouvait pas connaître le bic. Si l'on prenait pour modèle la Terre, à son époque, l'écriture restait à la plume et à l'encre dans l'encrier … Le plastique n'étant pas encore inventé … Cette technologie bien que simple devait lui paraître bien extraordinaire.
- Ne t'inquiète pas, tu ne manqueras pas d'encre. Comprenant son inquiétude, Claire lui avait simplement dit cela. Fixant son regard sur le bloc, la brune attendit qu'il écrive quelque chose.
Ryad
C'est ce qui apparu bien vite sur la feuille. Le prénommé Ryad fit alors le même mouvement qu'elle plus tôt, se pointant du doigt. Heureuse d'être parvenu à dérider le petit, Claire lui dit:
- Enchantée Ryad. Elle inclina la tête respectueusement puis le regarda alors qu'il écrivait de nouveau, semblant apprécier son nouveau jouet.
L'autre ne m'aime pas
Claire rigola à ses mots et comprit qu'il parlait de Liam O'Connor.
- Vous venez de vous faire un ennemi Sergent. Elle plaisantait un peu, l'atmosphère pouvait se relâcher. Reportant son attention sur Ryad, elle le laissa un temps pour regarder l'équipe et attendit qu'il ne dise ou plutôt écrive quelque chose. La brune profita de cela pour tenter de déterminer l'âge de celui-ci. Difficile et plutôt impossible à déterminer pour elle. Certainement plus jeune que la majorité américaine. Son visage était fin et mate et ses yeux assez clair pour qu'elle est l'impression d'y voir le ciel par un jour de beau temps. Un joli jeune homme en somme.
- Qui t'envoie Ryad ? Il sait que tu es avec nous ? Inquiète, Claire n'avait pu s'empêcher de poser ses questions. Étrange à dire mais elle se sentait plus tourmenté par l'avenir du jeune homme que par son propre futur proche. Soutenant son regard, Ryad la regarda bizarrement et reprit le stylo à pleine main.
Attention à vous. Il ne veux pas vous voir ici
Qui ne voulait pas les voir ici ? Légèrement paniquée, Claire prit le bloc et le présenta au sergent. Sans aucun autre mot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Ven 12 Aoû - 11:02

Alors, que pensez-vous de notre héro? Est-il un bon sergent? Un homme digne de confiance ou un couard? Un soldat courageux et fiable ou téméraire et impulsif? Sans doute ces deux derniers mots lui correspondent. Les précédents post ont été violant, il s’est montrer agressif, pourquoi? Vous allez bientôt le savoir. Son esprit est si compliqué. Pourtant, vous allez lire ses pensées, et peut être comprendrez vous que quelque chose cloche.

Cela faisait à peine une semaine que sa fiancée, Lynn, était décédée. Liam était pourtant reparti au combat, échappant ainsi aux psychologues de l’armée. Il n’était plus lui-même. Douleur, haine, solitude, tristesse, tellement de sentiments qui le rendait si destructeur! Une machine de guerre. Que feriez vous si votre âme sœur n’était plus de ce monde? Lui combattait, jours, nuits, sans cesse. Ne s’arrêtant pas pour oublier. Mais en réalité il ne faisait que fuir la réalité.

C’était une mission comme les autres mais cette fois en équipe. Il était bien rare que Liam ne soit pas en solitaire. Le tireur d’élite était souvent appelé pour accomplir une boucherie, un massacre qui se terminé souvent par un grand « BOOM ». Un assassin, voilà ce qu’il était devenu. Le soldat n’a pourtant pas toujours était ainsi. Il était autrefois un fier guerrier, se battant pour l’honneur de sa patrie. Sauvant sans cesse la veuve et l’orphelin. Discutant avec amabilité aux civiles. Oui, il avait bien changé, et l’armée en profita.

Heureusement, cela ne dura qu’un temps. Le soldat O’Connor, car il était simplement soldat à cette époque, était bon de nature. On l’avait élevé ainsi, pour faire le bien. Et non pas tuer sans raison, lâchement, caché derrière sa lunette à cinq cent mètres de distance. Oui, il était un très bon tireur.

Revenons à la mission. Quelques minutes plus tôt, un homme armé les avait interceptés. Tous avaient levé leurs armes avant de se calmer, il n’y avait pas de menace véritable. Le groupe de quatre soldats avancèrent alors dans le marché oriental, armes en main, guettant le moindre fait et geste des habitants. Le son était assourdissant, ainsi les militaires passèrent inaperçu. L’air était lourd, pesant. La chaleur, intenable. Un soleil de plomb, omniprésent, occupait le ciel entier, le rendant rougeâtre. Cependant, la nuit était à craindre, un froid glacial, on en regrettait même la journée.

Soudain, le lieutenant demanda de se séparer, un gamin les surveillait. Ils le bloquèrent dans une impasse. Liam, malgré sa colère fut le premier à lui donner de l’affection. Mais son supérieur lui ordonna de surveiller leurs arrières, cinquante mètres plus loin. De loin, le soldat pu apercevoir que le jeune homme chuchoter quelque que chose dans sa langue, comme pour se donner du courage. Connaissant exactement dans quel but il le faisait, il pu à peine crier un avertissement que l’explosion se produise. Une bombe humaine, comment pouvait-on faire ça à un enfant?

Vous avez compris? Le lecteur de pensées n’est pas très loin, et une personne s’amuse à lire les souvenirs du Sergent. Vous pouvez aussi sans aucun doute voir la ressemblance entre ces deux missions. En réalité, en utilisant cet artefact contre le tireur d’élite, celui-ci revivait l’Afghanistan. Pour lui, il n’était pas sur M1A-402 mais sur Terre. Il essayait cependant de changer les événements passés, en menaçant l’adolescent par exemple.


La scientifique Claire Hudson se plaça devant l’enfant pour qu’il baisse son arme, ce qu’il fit. Puis elle le fit écrire sur une feuille, le malheureux était muet. Elle ria un peu.

- Vous venez de vous faire un ennemi Sergent.

Son visage s’assombrit. Montrant le bloc de papier au Sergent, celui fit fut nettement plus inquiet.

« Attention à vous. Il ne veux pas vous voir ici »

-Les talibans savent qu’on est là, jugea-t-il

Tous le regardèrent avec étonnement, quel rapport avec le bracelet? Le petit mal de tête, sans doute dû au soleil s’accentua devenant insupportable. Laissant échapper un cri de douleur il laissa tomber son arme, mettant ses mains sur sa tête. Liam tomba en souffrant. Les convulsions commencèrent alors. Il tremblait de tout son corps. Cette douleur, c’était insupportable, sa tête allait exploser.

-Mon lieutenant, l’enfant porte une bombe… Non! Murmura t-il

Pendant quelques secondes ce fut le néant, il se crut mort. Etrangement, il ouvra les yeux, ne comprenant rien. Où était-il? M1A-402 ou sur Terre? Voyant les regards inquiets de ses compagnons, il se rappela. Avec du mal il se releva et prit son arme en main.

-Désolé, je n’étais pas… pas moi-même. Il semblerait que le bracelet soit la cause de mes maux. L’objet n’est pas loin… Soldat Maitland, si je redeviens étrange, foutez moi un coup de crosse.

Il se dirigea ensuite vers le jeune homme, qui n’avait pas l’air étonné.

-Je m’excuse pour tout à l’heure, tu as déjà vu quelque chose comme ça se produire? Demanda-t-il gentiment et chaleureusement.

L’enfant ne semblait plus avoir peur du soldat. Il hocha simplement la tête. Le leader devait prendre une décision.

-Il reste avec nous, décida-t-il. Ne t’inquiète pas, rien ne peux plus t’arriver.

Subitement ses yeux révélèrent une peur sans nom. Liam se retourna alors pour voir qu’un homme armée d’un sabre avançait. Le Sniper évita un coup, lâcha son fusil de précision pour dégainer son épée accrochée à son dos. Les deux escrimeurs échangèrent des coups avant que le Sergent assomme son ennemi d’un coup porté avec la garde. L’assaillant tomba lourdement sur le sol. Depuis les misions en Afghanistan, il évitait de tuer.

S’agenouillant aux cotés du jeune homme, il lui demanda si il pouvait les mener à leur chef. Quelques secondes d’hésitation, Ryad accepta finalement.

-Je passe devant, surveillez nos arrières, ordonna-t-il en ramassant son arme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Ven 12 Aoû - 19:50

• MODE MAITRE DU JEU ACTIVÉ •


Qu'il est mignon ce petit, il travail pour une brute mais décide tout de même de vous faire plaisir et de vous amener jusqu'à son chef, êtes vous aussi bêtes que ça pour tomber dans le panneau ?
Il semble que oui, trop confiant envers un enfant qui pour vous est un être bon, vous le suivez à travers les ruelles toujours un peu sur vos gardes tout de même mais pas assez il semblerait.

Ce que vous n'avez pas remarquer, c'est que chacun d'entre vous ne voyez pas l'enfant avec la même apparence, les capacités du bracelet semblent assez complexe et redoutables car en plus de lire dans vos rêves et pensées il peut les matérialiser comme c'est le cas à cet instant précis et les altérer vous faisant voir des illusions, ainsi Ryad est créer de toutes pièces par le possesseur de l'artefact afin de s'attirer vos bonnes grâces, un petit Afghan croiser en mission pour Liam par exemple.

Soudain, dans une allée alors que vous suivez toujours l'adolescent, quelque chose d'étrange se produit, vous vous retournez et le décor a changer, vous n'êtes plus dans la ville mais bel et bien dans une étrange forêt à l'épaisse végétation de quoi vous surprendre, vous apeurer et vous faire vous poser beaucoup de questions.

Alors que vous parlez entre vous, vous remarquez que Ryad n'est plus la mais qu'un étrange bonhomme grassouillet a prit sa place mais... oui mais est ce bien... oui c'est bien l'artefact qu'il porte.

Pourquoi les choses sont elles si simples ? Pourquoi est-il seul et non armé ?
Pfff c'était trop facile pour être vrai, les arbres se changent en barbares à la solde de celui qui aussitôt s'identifie comme Sverald et vous demande de baisser vos armes et ce pour vous emmener dans une endroit non loin de la et à l'abri des gardes du Sultan.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Ven 12 Aoû - 23:10

Les évènements actuels étaient bizarres il fallait bien l'avouer et c'est surement ce qui nous poussa a négliger tout ce qui aller nous arriver dans un futur proche. Le gamin avait l'air en sécurité nous expliquant malgré les tortures qu'il avait subit la raison de sa présence a nous espionner. Un tragique scénario pour ce gamin, ca me faisait énormément de peine que des personnes puissent s'en prendre a un adolescent dans le but de piéger d'autres personnes. Cette distraction dans mes pensées ne me permis pas desuite d'appréhender ce qui allait se passer par la suite et ce fut une tragique erreur. Un moment d'inattention sur le reste de mon équipe masqua temporairement le fait que le Sergent n'était en si bon point que cela, mon regard se tourna un peu trop tard quand il commença a parler des Talibans. Dans d'autre circonstance j'aurai peut être compris ce qui était en train de se passer, mais surement encore affecté par ce que je venais de voir et d'entendre me laissa dans le flou le plus total. Le Sergent s'écroula a terre en criant de douleur juste après avoir lâché son arme et prise de panique ma première réaction fut de me précipité vers lui en appelant Didiayer au secours.

-Sergent...

Dis je terriblement inquiète ne prêtant encore une fois pas attention aux mots dénués de sens que mon supérieur venait d'employé quelques secondes auparavant. Rapidement, les convulsions cessèrent et le soldat se remis rapidement sur pied, quand a moi j'étais toujours choqué par ce que je venais de voir, horriblement inquiète par l'état de santé physique et mental de Liam. Ce dernier accusa rapidement le dispositif que nous étions en train de chercher tout en s'excusant brièvement de la frayeur qu'il avait pu nous causer. A ce moment la, j'aurai du comprendre que quelques chose ne tournait pas rond car si le dispositif était en route et faisait croire des choses au sergent, qui pouvait nous dire ou nous étions exactement? J'aurai du le comprendre a ce moment la...
Le sergent s'approcha tandis que mon regard le suivait rapidement, toujours un peu inquiète pour lui. Il s'adressa au jeune homme qui nous donna des informations supplémentaires au sujet des effets que le sergent venait de subir. Et rapidement notre chef pris la décision de s'éloigner de ce lieu avec Ryad dans le but de retrouver la personne qui faisait tellement de mal aux autres. Une bonne idée ? Trop simple... Et encore une fois aucun de nous ne l'avait réellement envisager. La progression se fit en formation militaire dans le but d'assurer un convois rapide et sécurisé pour l'équipe ainsi que pour le jeune adolescent. D'un coup bref, un obscure décors s'intégra a nos yeux comme si le voile obscure de faux s'était levé de nos yeux. Le décors avait changé et l'équipe se retrouva en plein milieu d'une foret a la végétation épaisses et pas réellement rassurante, mon P90 se fixa rapidement sur les alentours tandis que, je comprenais enfin la situation dans laquelle le groupe se trouvait. Tout le monde était la, sauf le jeune Ryad qui avait revêtu une apparence un peu moins rassurante. Un soupirs se fit entendre alors que j'étais la première a voir le nouveau Ryad qui s'était changé en gros porc qui nous fixer droit dans les yeux. Seul et effrayant. C'était ce que je ressentais en provenance de cet homme. Mes pensées se perdirent de nouveau tandis que tout l'équipe était fixer sur l'homme a l'affut ses moindre fait et geste. Son Bracelet attira mon attention rapidement et j'en conclua donc que l'homme ne face de nous pouvait être encore une fois une simple illusion. Le décors changea de nouveau mais au lieu de mettre en scène un nouveau lieu sur cette planète, les arbres jusqu'à maintenant présent devinrent des hommes a l'aspect proche du grassouillet mais un peu plus menaçant. L'homme s'identifia rapidement en nous priant d'éviter un bain de sans ou nous serions les perdant. Je savais très bien que la situation était mauvaise pour nous c'est pour cela que je n'attendis pas les ordres du Sergent avant de baisser mon arme vers le sol pour faire comprendre que je n'étais point hostile. Je savais que ca n'allait pas réellement plaire a Liam et c'est donc pour cela que je pris les devant.

-Sergent, ca ne sert a rien de braquer nos armes. Dis je calmement sans même regarder mon supérieur. Techniquement parlant tout ce qu'on a vu ici n'est qu'une illusion mis en place par un artéfact qui nous dépasse complétement.

Ajoutais je rapidement avant de commencer a pivoter la tête vers mon Sergent pour le fixer dans les yeux si c'était bien les siens. Un léger moment de silence se fit entendre avant de reprendre mon explication qui pouvait paraître tirer par les cheveux ou tout simplement flippante.

-Vu ce qu'on a vécu, on est pas sur que le chef de ces hommes soit réel. Dis je avant de laisser un sourire se dessiner sur mon visage. On est même pas sur d'être sur M1A-402 , on a très bien pu être capturer par des Wraith depuis des semaines et nous sommes dans une simulation depuis se temps.

Une bien triste pensée, car si la situation énoncé a se moment la était la bonne, nous avions surement donner de nombreuse information au sujet d'Atlantis aux Wraith. La seule chose qui me réconforta un peu était bien que mon affectation a SGA2 était toute récente et que nous n'avions pas pu nous faire capturer en même temps. Ça me rassurais d'un coté mais ca ne m'empêcher pas d'être extrêmement inquiète. Mes pensées s'arrêtèrent et mon regard se fixa sur la jeune scientifique qui devait être quand même un peu paniqué si elle avait pensée comme moi.

-Bref tout cela est une grande mascarade et on a réellement aucun moyen de savoir qui et réellement qui. Je vous conseil donc de baisser vos armes et de jouer le jeu. Autant partir du principe que si il voulait notre mort, on le serait déjà depuis un sacré moment non?

Rassurante ? Pas réellement, je devais surement avoir fait peur au reste de l'équipe qui devait se demander si j'étais bel et bien moi au moment ou ma bouche avait prononcé ces mots. J'adorais les scénario catastrophe et intriguant mais en général tranquillement assise sur le canapé dans les bras de... Je déraille, évitons les spoilers(Vous y avez cru hein! Niark). Bref, la situation n'était pas vraiment idyllique pour nous mais l'avantage était que nous pensions donc nous étions toujours en vie a l'heure actuelle. Cette aventure aller surement être pleine de rebondissement et a l'instant présent je commençais a m'inquiéter pour la santé de mes coéquipiers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Sam 13 Aoû - 13:10





Montrant à peine le bloc au sergent, celui-ci sortit une phrase sans aucun rapport. Des talibans ? Perdait-il la tête ? Cela semblait se vérifier lorsqu'il se mit à crier et à se laisser tomber au sol, comme en pleine souffrance. Il n'y avait pourtant rien. Rien qui ne justifie une telle douleur. Il tremblait. Effarée, Claire regardait la scène comme un spectateur surpris devant son poste de télévision. Toujours devant l'enfant, la jeune femme empêchait le petit d'agir si l'envie lui prenait. Un militaire était déjà dangereux en soi mais un militaire fou ! Leur mort était proche ! Et puis ce : l'enfant porte une bombe, ce n'était vraiment pas appropriée. Une confusion avec de récents évènements du passé, de son passé ? Inquiète malgré tout, elle remarqua que Didiayer fouillait dans son sac, la fiole qu'elle en sortit serait certainement un bon remontant. L'ouvrant et la positionnant près des sens olfactifs du militaire, elle la laissa agir. Une telle odeur, le sergent reviendrait parmi eux à coup sûr ! Et ça ne manqua pas ! Se relevant difficilement et saisissant son arme, Liam O'Connor s'adressa à Abby qui se trouvait la plus près. Le bracelet, cause de ses maux ? Et puis quoi encore !
- Oui bien sûr, et le collier que je porte me permet de remonter le temps ! Elle l'avait tout juste chuchoté et seul Ryad aurait pu l'entendre. Elle aurait aimé dire que ce n'était que la folie d'un dingue de la gâchette mais ce n'aurait pas été très fairplay, surtout devant un homme affaiblit par l'instant précédent. Sa phrase suivante fut quant à elle, graver dans la mémoire de la scientifique. Une coup de crosse pour le faire revenir à la raison. Pourquoi pas tout de suite ? Si Abby ne le faisait pas le moment voulu, elle le ferait elle, et de bon coeur.
C'était là un changement radical de ses pensées. Altruiste puis totalement égoïste et peut-être un peu misandrie. Ça la correspondait tellement peu. Mais le fouillis qui régnait dans sa tête l'empêchait de bien faire la part des choses. Le sergent s'approcha du petit et encore méfiante face à lui, Claire resta près du jeune. L'homme décida rapidement de garder le petit homme avec eux. C'était là sa plus sage décision.
Si l'équipe devait retrouver celui qui faisait ses horreurs, autant être guidés par le gamin. Suivant les ordres de leur chef, l'équipe avança rapidement, gardant un certain ordre. L'enfant était en sécurité. Ce fut là que pour la première fois, Claire crut à un guet-apens. La foule tout à l'heure si grande n'était plus. Les animaux, disparus. Personne aux environs et aucun bruit autre que leurs pas sur le sol parfois terreux parfois de pierres. Toujours fixés sur le sol, ses yeux furent pris d'hallucinations, de mouvements contraires et d'une brumeuse envie de se fermer. Passant d'un éveil total, elle atteignit un seuil de sommeil presque fatal. Se jouant d'elle, sa fatigue lui prodiguait toutes sortes de rêves et, comme dans les rêves, les voici changeant de lieu. L'instant précédent, n'importe qui aurait pu jurer se trouver dans une cité. L'instant suivant, il était plus amène de penser que la forêt les entourait. La brune ne se rappelait pourtant pas avoir traverser toute cette flore qu'elle apercevait derrière leur position. Toujours près de l'enfant, il fut ce temps où de nouveau, un voile sombre l'empêcha de voir. La conversation qu'entretenait Didiayer à l'un des membre de l'expédition lui parvient de loin. Eux non plus ne savait plus ce qu'il en était. Le temps de réaliser la disparition de leur petit guide, la jeune femme remarqua trop tard, un changement de taille. A coté d'elle se trouvait un tout autre personnage. Un cri et un bond en arrière durent avertir les autres. Se rapprochant sensiblement de son équipe, totalement perdue, Claire cherchait l'enfant remplacé par cet homme rondelet.
- Qu'est-ce que … La phrase semblait restée en suspens. Coincée dans un coin de sa gorge. L'individu regardait fixement l'équipe. Un frisson parcourut la scientifique, voilà qui n'était pas rassurant ! Le rêve risquait fort de devenir un cauchemar. Et bien oui, quelle autre chose qu'un rêve pourrait faire de sa vue un élément si peu fiable ? Certainement aucun qu'elle ne connaissait. Sauf peut-être les simulations du SGC mais ils en étaient loin !
Abusés de nouveau, ses yeux perçurent autre chose. Une présence qui n'était pas là l'instant d'avant. Une présence ou, des présence. Oui c'était cela ! De nombreuses présences et de nombreux arbres changèrent. Secouant la tête comme pour se réveiller ou sortir des pensées sombres, Claire ne sut dire si cette apparition d'hommes armés lui faisait plus peur que ce seul bonhomme au centre de tous. En parlant de celui-ci … s'adressant à eux comme à de futurs prisonniers, il leur demanda de baisser leurs armes. Ce Sverald comme il s'appelait n'avait que ses mots pour menacer. Son apparence n'aidait pas sa violence. Il voulait emmener le groupe loin des gardes du Sultan. Qu'il fasse, de toute manière Claire se sentait déjà loin de tout. Imitant Abby qui venait de baisser les armes en préconisant au sergent de faire de même, la scientifique s'en tint au silence et retint son souffle, écoutant les mots de la biologiste. Elle parlait d'illusion. Une illusion, mais provoquée par quoi ? Ils n'avaient ingéré aucun hydromel ni aucune nourriture depuis plusieurs heures. En fait, depuis le début de la mission. Ça ne pouvait pas être dans l'air ! Quand la biologiste accusa l'artéfact qu'ils recherchaient d'être la cause de tout cela, Claire ne sut dire s'ils devenaient tous fous. Enfin ! Ce n'était qu'un bracelet ! Depuis quand les bracelet avaient des propriétés étranges. Comment savaient-ils cela ? Peu importe à vrai dire, la jeune femme se fiche de savoir comment. Ce n'était qu'un cauchemar, tout au plus un rêve éveillé. Aucun rapport avec l'artéfact. Aucun rapport avec l'artéfact … Pourquoi cette pensée résonnait dans sa tête. Un tintement, comme une idée reçue. Oui vraiment, aucun rapport avec l'artéfact.
Les wraiths, Abby avait cité les wraiths. Rien qu'à cette pensée la peur l'envahit un peu. Le courage n'empêchait pas la peur et à cet instant, Claire se sentait vraiment perdue. Le brin de logique et de bon sens qui lui restait ne l'aidait que peu. Si les wraiths étaient vraiment responsables de ce qui se passait, l'avenir d'Atlantis s'amenuisait de minute en minute. Ses pensées cohérentes perdaient leur valeur et seule la phrase de la militaire sur l'étrangeté de l'instant et le fait de baisser les armes la fit réagir. Si ce qu'elle disait été exact, ils risquaient de s'arracher les cheveux. Comment savoir qui était qui ? Elle-même pouvait être le fruit de l'illusion quoiqu'à bien y réfléchir, Claire ne voyait pas pourquoi l'illusion aurait choisi une personne qu'elle côtoyait avant d'arriver sur la cité. Abby Maitand était bien ici, il fallait qu'elle se convainc que cela. Mais tout comme le reste, ces nouvelles certitudes se dissipèrent. Ne pouvait-elle avoir le libre arbitre ? La jeune femme avait l'impression d'être l'instrument d'un apprenti sorcier aussi décida-t-elle de ne penser qu'aux choses utiles à l'instant même. Utiles et préoccupantes.
- Où est Ryad ? C'était toute pensée cohérente qu'elle pouvait sortir ? Peut-être pas mais, la question la taraudait. Le garçon avait disparu et contre toute logique, Claire voulait croire qu'il existait bien quelque part. S'il le fallait, même sur l'autre versant de la planète mais, qu'il existait. Cela pourrait devenir trop difficile autrement. Ses pensées dérivèrent non loin de son passé proche. Assez proche pour qu'elle se ressaisisse à temps. La brune ne donnerait l'occasion à personne de se servir de sa vie, de ses pensées ! Personne ! Ses souvenirs devaient rester intacts, bien que douloureux pour certains.
Restée à l'arrière de l'équipe, la jeune femme s'avança, faisant face à Sverald et gardant toujours une distance suffisante pour reculer derrière les militaires en cas de problème. Qu'il soit réel ou non, comme le disait Abby, il faudrait bien que quelqu'un réponde à leurs questions et lui, justement, était là. Son regard transperçait toutefois Claire, comme un fantôme dont on ne veut croire l'existence. C'était bien leur vaine ! En plus d'être coincée dans un rêve étrange, elle était soumis à la dure loi de cette contrée. Les femmes n'étaient rien. Elles ne valaient pas la peine que l'on prête attention à leurs dire. Même ainsi, la scientifique ne cèderait pas. S'il fallait faire une danse folle pour attirer son attention et bien soit, elle la ferait. Les réponses à ses questions étaient trop importante pour son futur.
- Pourquoi ? Pourquoi faites vous ça ? Simple, bête, la question ne demandait qu'une réponse. Ils n'avaient potentiellement rien fait de mal et Claire ne voyait pas pourquoi il fallait toujours qu'on s'en prenne aux pauvres explorateurs qui ne venaient que pour aider ! Non mais c'est vrai, le nombre de fois où les équipes SG avaient eu de tels ennuis était hallucinant, c'était bien le cas de le dire !
Elle en avait marre, elle avait chaud et son esprit était presque totalement embrouillé. La jeune femme ne cédait pas à la panique mais tout de même, une certaine appréhension lui nouait l'estomac. Comme si le monde entier avait entendu ses pensées, la brune entendit un « ho ! » général avant que tous ne fixent un point juste derrière elle. Se retournant lentement comme ayant peur de la suite, elle découvrit une Didiayer, surprise de l'attention qu'on lui portait. Quelque chose n'allait pas plaire à ces hommes …
- Didi ! Remets le châle ! Claire s'était rapprochée d'elle et avait elle-même saisit le tissu qui avait atterrit à leurs cotés, à même le sol. Elle lui avait chuchoté ces mots et s'était empressée de remettre le foulard sur la tête de son amie. Observant la réaction des barbares, la brune ne distingua qu'un geste. Un geste qui n'annonçait pas les choses voulues. Un geste qui ne leur apporterait pas de réponses mais toujours plus de questions. Deux hommes venaient d'encadrer les femmes. Leurs armes restaient pointées sur Didiayer McLaren. Leur futur se trouvait de nouveau compromis. Claire en grimaça d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée. Mer 17 Aoû - 9:38

Cette mission était étrange, mystérieuse. Tout d’abord il y avait cette planète. Elle ressemblait énormément à l’Orient, que Liam connaissait que trop bien. Ensuite il y avait eut ce garde, c’était sans doute lui qui avait réveillé les souvenirs du Sergent. Ils sortirent alors du palais et débusquèrent un espion. Un jeune garçon. Liam avait tiré pour ne pas que l’autre s’échappe, ce comportement n’était pas dans sa nature, du moins plus maintenant. Il n’était plus aussi agressif qu’il y a deux ans. Oui, elle était morte, et il ne se pardonnera jamais de n’avoir pas été présent pour elle. Mais qu’importe? Le passé est le passé, il faut se tourner vers l’avenir.

L’enfant avait été étrangement coopératif. La première chose qu’il a apprit à l’armée c’est de ce méfié de ses amis comme de ses ennemis. Ainsi il gardait une grenade flash prête à utilisation. Marchant tranquillement dans une énième ruelle, tout disparut tels les rayons du soleil disparaissant à l’horizon et l‘au delà. Tout ce décor laissait place à une forêt sombre. Les arbres noirs s’emblaient faire disparaitre l’espoir d’un monde meilleur à leur simple vue. Ici tout n’était que ténèbres, le terrain de chasse d’un sniper. Le bracelet, ça ne pouvait qu’être ça! Son intuition ne le trompait jamais.

En voyant le maigrichon Ryad devenu un autre homme, comment le décrire? Beaucoup mieux nourrit que l‘autre. Et comme par hasard, il portait l’artefact! Seul, sans protection, c’était trop facile, quelque chose clochait. Était-il ici? Ou était ce encore une illusion? Au cas où, le Sergent visait l’homme sans doute responsable du vol. Ne faisant pas vraiment attention à son entourage, il ne remarqua que quelques secondes plus tard que les arbres étaient devenus des soldats, sans doute à sa solde, ou peut être une illusion. Le bonhomme se présenta alors en leur conseillant de baisser leurs armes. Il réfléchi à toute vitesse. Grenade flash? Pourquoi pas, mais le temps de prévenir ses amies elles seraient déjà éblouies. Tirer dans le bracelet? Il était peut être résistant aux balles. Tirer sur le bras alors? Vu la proximité, l’avant serait découpé et l‘artefact tomberait par terre. Mais si ses hommes étaient réels… Enfin bref, très mauvaise idée. Se maudissant de ne pas avoir pensé à prendre des grenades fumigènes, il continua à réfléchir. Ont lui avait toujours dit, un sniper ne part jamais en mission sans une fumigène. Quelle erreur de débutant! Après tout un choix moral n’est pas un choix entre le bien et le mal. Dans ce cas, on ne choisi pas, on ne peut que faire le bien. Un véritable choix moral se fait entre un mal et un mal. Se rendre? Envisageable. Abby baissa son arme, et s’adressa à son supérieur hiérarchique.

-Sergent, ca ne sert à rien de braquer nos armes. Techniquement parlant tout ce qu'on a vu ici n'est qu'une illusion mis en place par un artéfact qui nous dépasse complètement.

Se plaçant devant Liam pour le regarder dans les yeux, elle continua.

-Vu ce qu'on a vécu, on n’est pas sur que le chef de ces hommes soit réel. On est même pas sur d'être sur M1A-402 , on a très bien pu être capturer par des Wraith depuis des semaines et nous sommes dans une simulation depuis ce temps. Bref tout cela est une grande mascarade et on a réellement aucun moyen de savoir qui et réellement qui. Je vous conseil donc de baisser vos armes et de jouer le jeu. Autant partir du principe que s’il voulait notre mort, on le serait déjà depuis un sacré moment non?

Le soldat baissa son arme lentement. Ce sont nos choix qui déterminent qui nous sommes. Quelque soit la bataille qui fait rage en nous, on a toujours le choix. C’était la meilleure solution.

-Faites moi confiance, assura le Sergent avec un léger clin d‘œil.

Plus loin, les deux civiles semblaient perdues. Cette femme, Abby, avait quelque chose de différent. C’était assez étrange. Personne n’avait été sympathique avec lui depuis des années, c‘était peut être pour ça. Pour briser la glace, le sergent se présenta.

-Je suis le Sergent Liam O’Connor et voici...

-Je sais exactement qui vous êtes, répliqua subitement l’autre.

Le bracelet, bien sur. Subitement un « Ho » interrogea le sergent. Didiayer avait enlevé le châle! Liam n’était pas contre mais ce n’était vraiment pas le moment de provoquer ces hommes. Comme il s’y attendait, deux hommes l’encerclèrent. Aussitôt, le sergent protecteur leva son arme.

-Sverald, si vous n’écartez pas vos hommes, ils ne pourront bientôt plus obéir.

Comprenant ces paroles, le chef de la bande ordonna qu’ils s’écartent. Liam baissa son arme et suivit l’homme gassouillé. Il ne leur voulait sans doute pas de mal, sinon ils seraient déjà morts. Et puis ils avaient gardés leurs armes, un petit signe de confiance, de toute façon ils étaient encerclés alors ça changer pas grand-chose.

(Désolé du retard :/ )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée.

Revenir en haut Aller en bas
M1A-402 ۩ trouver le lecteur de rêve et de pensée.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Où trouver du chènevis ?
» Où trouver ce genre de couverture ??
» trouver une cintreuse
» Où et comment trouver un pré ?
» Leurre larve [Où en trouver ?]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Destiny :: Archive BVA-
Sauter vers: